MessageSujet: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mar 9 Aoû - 20:00
avatar
POSTES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

ft. Akmar R. M. Al-Misrî

Bad, Bad whiskey



L’alcool
Sous les encouragements de la foule, les deux adversaires prirent place à une table, chacun y déposa un bras, prêts à commencer l’affrontement. Ils étaient ivres et ils le seraient encore plus à la fin de ce match. Chaque membre de l’assistance avait son favori et les plus hardis n’hésitèrent pas à parier sur le vainqueur. Dans leur milieu, toutes les raisons étaient le bienvenu pour se faire un peu plus d’argent. Surtout si ça impliquait en faire perdre aux autres. Après tout, ce monde était cruel et corrompu.
Le coup d’envoi fut donné par le barman. Il déposa le plateau entre les deux hommes qui prirent un premier shooter sans déloger leur regard de l’autre. S’en suivirent plusieurs autres. Une quinzaine d’autres. Leurs consciences fuyaient la raison car une seule idée subsistait : Un de plus. Encore un. Mais c’était sans compter les autres. Ceux qui avaient parié ne voulaient pas perdre et ils essayèrent la ruse.
Ils devaient faire réagir.

« Kostas, hey Kostas ! »

Artemis leva un verre aux insultes avant de le boire. Il essayait de la jouer cool, mais déjà il bouillonnait de l’intérieur. Ces gens qui connaissaient son tempérament violent jouaient à un nouveau jeu. Qui serait le premier à réveiller la bête ? Un jeu dangereux et pourtant tellement amusant.  Le révolutionnaire ne devait pas les écouter.
Pas les écouter.
Les écouter.
Écouter.

« Hey Kostas, ta mère… » Il n’eut jamais le temps de finir sa phrase. Le poing fusa tellement rapidement que la cible ne put esquiver. Ils voulaient voir le monstre, ils le verraient. Ils y goûteraient. Artemis renversa la table fracassant l’ensemble des verres vides contre le sol et se retourna vers ses proies. Un sourire sauvage étira ses lèvres. Le révolutionnaire était prêt à jouer avec eux. Sans plus attendre, il se jeta dans la mêlée. Tous les coups étaient permis. Chaises, tables, verres, tout y passait. Tous y passaient. On nécessita la force de trois hommes pour le sortir des lieux.

S’ils pensaient que l’homme s’arrêterait là. Non. Il n’avait pas terminé avec eux. Artemis relevait déjà les manches de sa chemise. Au suivant… allez. Dès qu’on le toucha, il eut à peine le temps de voir les couleurs d’un uniforme qu’il frappait encore.

- Adrenalean 2016 pour Epicode.
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mar 9 Aoû - 22:55
avatar
POSTES : 92
OÙ ÊTES VOUS ? : amenti
MÉTIER/OCCUPATION : soldat
Voir le profil de l'utilisateur




bad, bad whiskey
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Akmar se retrouve dans un bar mal famé de la cité — déjà enfumé par ses collègues enjoués et les habitués. C'était une fin de semaine, la fin des responsabilités, de quoi bien s'amuser. Ce n'est pas vraiment sa scène habituelle, il préfère rentrer chez lui une fois le travail terminé — écouter quelques accords sur son vieux tourne-disque raccommodé. Il n'avait pas osé refuser l'invitation insistante de Mike — son bras musclé entourant ses épaules frêles. Et le voilà, une heure plus tard, en train de siroter sa bière échauffée. Il n'a pas spécialement envie de se laisser aller — pas comme ses quelques collègues engagés dans un concours surchauffé. Déjà les hurlements enflent dans le bar surpeuplé, les billets changent de main tandis que les verres défilent. Akmar observe tout cela d'un air détaché, sa cinquième clope au coin des lèvres — il n'a rien de mieux à faire. Il reste prostré au bar alors que les insultes fusent et que bientôt le petit — nerveux, musclé — semble perdre pied et se met à balancer ses poings et le mobilier.

La cohue générale ne semble pas le déranger, finissant sa clope d'un air presque ennuyé. Il n'a même pas envie de s'en mêler — après tout, à quoi bon raisonner avec des mecs bourrés ? Il l'a assez souvent été pour savoir que la logique devient une idée complètement égarée. Il croise le regarde du barman — à la fois résigné et désolé. Prenant pitié ce pauvre concitoyen, Akmar se lève, écrasant son mégot dans le goulot de sa bière surchauffée. Apparement quelques uns de ses collègues les plus censés ont déjà écarté le plus grand fauteur de trouble. Il se dirige d'un pas lent, évitant les derniers combats de poings assez pathétiques entre tous ces hommes torchés.
Il s'est peut-être trop vite prononcé, ce ne sont pas ses collègues les plus censés qui sont sorti — peut-être sont-ils les plus stupides même. L'homme qui a tout débuté semble bien décidé à régler ses comptes. Akmar s'interpose avant que cela ne puisse encore dégénérer — se prenant un coup de coude dans le nez.

— « Abn aleahira ! » jure-t'il en reculant sous l'impact. Il essuie du dos de la main sa narine ensanglantée. « Mec, eh mec ! » dit-il en essayant d'atteindre la balle de rage et d'alcool violent « Faudrait voir à te calmer, tu veux pas finir au poste quand même ? »

Akmar parle dans le vide. Ses paroles semblent tomber dans l'oreille d'un sourd. L'inconnu un peu trop imbibé continue de vouloir tabasser tout ce qui passe à portée de ses poings — et ceux-ci font mal, bien placés, il peut en témoigner. Il ne sait pas comment l'arrêter, n'ayant clairement pas la force de l'affronter. Le barman semble ressembler à un messie en cet instant donné, jetant un seau d'eau glacée sur les hommes encore bourrés. Akmar se retrouve trempé, mais au moins la situation semble s'être calmée. Il en profite pour agripper l'épaule du plus petit, l'éloignant du reste de ses collègues.

— « Je m'en occupe, il ira décuver la nuit en cellule » leur dit-il en s'éloignant.


FT. ARTEMIS


FOR NAME'S SAKE
I'm dying and I'm trying, but believe me I'm fine. But I'm lying, i'm so very far from fine. And i, i can feel the pull begin, feel my conscience wearing thin, and my skin, it will start to break up and fall apart. i don't wanna fall away Δ twenty one pilots
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mer 10 Aoû - 0:09
avatar
POSTES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

ft. Akmar R. M. Al-Misrî

Bad, Bad whiskey



Rouge. Artemis voyait rouge et double. Mais il voyait surtout rouge. Il n’en avait pas terminé et en réalité, il ne faisait que commencer. Le révolutionnaire montrerait à ses chiens de la cité comment un homme libre se battait. À peine le premier coup donné qu’il se replaça dans la position d’un boxeur expérimenté. Qu’ils s’amènent, il en avait pour tout le monde. Chacun aurait son tour. Après tout, ils représentaient tout ce qu’il détestait. L’ordre, l’armée, tout ça… Ils restaient des hommes, des putains d’hommes et Artemis leur passerait un savon. Intérieurement, il les maudissait. Il fit un pas, tangua un peu et essaya de garder son regard vitreux fixé sur une de ses cibles. Encore un pas et il frappait.
Il n’en eu jamais l’occasion. Le choc de l’eau froide l’arrêta sur place et chercha la source des yeux pour la démolir. Il fixa le ciel et ne vit que le ciel étoilé d’Amenti. Puis, il le vit. Le barman tenant ferme un seau vide n’hésitant pas menacer le groupe du regard. Le glas venait de sonner, il était l’heure de se disperser. Mais Artemis n’en avait pas fini lui. Il voulait continuer. Les détruire.

« Lâche-moi. Pois chiche. J’dois encore leur éclater la tête. »

C’était brouillon et Artemis tentait de se libérer pour continuer à jouer. Toutefois, l’adrénaline disparaissait rapidement et ses forces l’abandonnaient peu à peu. Il ne put que se laisser pousser dans la direction opposée à ses adversaires retrouvant le pru de lucidité qu’il lui était possible d’avoir à cet instant.

Ira décuver la nuit en cellule.
Un instant, le révolutionnaire ne pouvait pas terminer sa nuit en prison. Il n’était pas d’Amenti, possédait des faux papiers et avait une réunion importante le lendemain avec des membres de la rébellion Amentis. Bordel de merde, il devait se libérer de la situation.
Brusquement, suffisamment pour un mec dans son état d’ivresse, Artemiste cloua le soldat contre un mur. Si le petit merdeux espérait qu’il le suive jusqu’en prison, il se mettait le doigt dans l’œil.

« J’pas aller dans ta cellule. Pois chiche » lui souffla-t-il au visage. Sa force l’abandonna soudain et il relâcha le soldat pour vomir ses entrailles à leurs pieds. Le chemin qu’effectua l’alcool lui brûla la gorge. Tellement qu’il en eut les larmes aux yeux. Peut-être qu’il était plus bourré qu’il ne le pensait.

« Pas de l’eau ? »

- Adrenalean 2016 pour Epicode.
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mer 10 Aoû - 13:56
avatar
POSTES : 92
OÙ ÊTES VOUS ? : amenti
MÉTIER/OCCUPATION : soldat
Voir le profil de l'utilisateur




bad, bad whiskey
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Akmar se demande sous quelle bonne étoile il est né. Car celle-ci devait être aussi bourrée que le type qu'il essaye de maîtriser. À croire que la douche froide ne lui a pas suffit, il repart de plus belle — tel un étalon sauvage, tanguant dangereusement pour se déloger. Les insultes fusent — que ce soit ses collègues ou bien la balle de rage qu'il tente d'éloigner. Pois chiche, on ne lui avait encore jamais fait ça, c'est une grande nouveauté. Akmar émet un petit rire — mi-amusé, mi-méprisant, c'est toujours drôle de s'occuper des mecs bourrés, voir tout ce qu'ils peuvent inventer pour essayer de ne pas perdre la face dans leur état bien imbibé. Ce qui, bien souvent, résulte en des phrases incompréhensibles et des insultes dignes des cours de récré.

Perdu dans ses pensées, il ne remarque trop tard que la cible du fauteur de trouble a changé. Le voilà cloué au mur par le soulard qui semble bien décidé à ne pas finir au poste. De plus près, Akmar remarque qu'il n'est pas si petit — et qu'il est plutôt musclé. Malgré son état éméché, il arrive encore à bien maîtriser le soldat — tch, s'en serait presque honteux pour l'amentien. Avant qu'il ne puisse rétorquer quoique ce soit ses bottines sont violées par le vomi du mec bourré.

— « Sérieusement ? » demande-t'il rhétoriquement. « Sérieusement ? » répète-t'il en se tournant vers le barman, incrédule.

Quelle soirée, il aurait mieux fait de ne pas se déplacer — simplement d'ignorer les agissements de cet inconnu bien imbibé. Ça lui apprendra à jouer au bon samaritain, la prochaine fois il s'abstiendra. Il observe la loque en train de ventiler, ses mains toujours accrochées aux pans de sa chemise d'uniforme. Le barman semble être en envoyé du ciel alors qu'il revient avec un verre d'eau, les sourcils froncés et les lèvres pincées « Il boit son eau et il dégage ». Akmar hoche la tête rapidement, empoignant le verre et renversant la moitié sur ses bottines pour les nettoyer — faut pas déconner. Il passe ensuite le reste à l'étranger qui semble .. survivre.

— « Allez hop tu bois et on y va » dit-il, pressant le verre aux lèvres du type.

FT. ARTEMIS


FOR NAME'S SAKE
I'm dying and I'm trying, but believe me I'm fine. But I'm lying, i'm so very far from fine. And i, i can feel the pull begin, feel my conscience wearing thin, and my skin, it will start to break up and fall apart. i don't wanna fall away Δ twenty one pilots
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mer 10 Aoû - 17:51
avatar
POSTES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

ft. Akmar R. M. Al-Misrî

Bad, Bad whiskey



Shhhhh

Si l’Amentien commençait à tout répéter, Artemis deviendrai fou. Un sérieusement suffisait. Déjà qu’il voyait double, le mec pourrait être assez sympa pour ne pas se faire lui-même écho. Un peu de respect pour les gens bourrés. Les mains toujours accrochées à sa chemise, le rebelle tentait de rester sur ses pieds. Tâche ardue lorsque le sol s’agitait comme une mer sous la tempête. Artemis ferma les yeux et ventila. Un moment et tout irait mieux. Un petit moment et il pourrait retourner coller son poing dans la figure des autres.
De l’eau, quelqu’un lui apportait de l’eau. L’homme releva la tête, trop brusquement, et grogna sous la douleur de sa tête. Il tendit les doigts engourdis dans la direction du verre divin sans pour autant l’atteindre. Non, le soldat le tenait hors de porté et Artemis ne put regarder que l’eau tombé au sol. Cette torture… qui finalement n’en était pas une. L’autre le laissa finalement boire. La sécheresse de sa gorge s’atténua légèrement.

« Plus. »

Mais il n’y en avait pas plus. Le verre était vide. L’ivrogne pouvait le regarder autant qu’il le souhaitait, il ne se remplirait pas seul. C’était injuste, il avait besoin de boire de l’eau. Beaucoup plus. Pourquoi lui avoir offert un si petit verre ? Dans un élan de rage il jeta le verre au sol qui éclata sous la force du geste.

« Vous dégagez. Maintenant. »

Qui parle ? Qui osait lui donner un ordre ? Qu’il se présente et Artemis lui défoncerait la gueule. Ce dernier se redressa et tangua sur ses jambes avant de perdre l’équilibre. Il s’accrocha au soldat afin de rester droit. Il lui servirait de canne le temps qu’il en finisse avec les autres. Mais une pression dans son dos le fit avancer et il en oublia ses opposants. Marcher était difficile et il devait s’appuyer sur l’autre pour ne pas tomber.

« M’emmènes chez toi ? » ricana-t-il alors qu’il posait un de ses mains sur le derrière de l’Amentien. « J’veux bien t’faire plaisir c’soir.»

- Adrenalean 2016 pour Epicode.
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mer 10 Aoû - 19:21
avatar
POSTES : 92
OÙ ÊTES VOUS ? : amenti
MÉTIER/OCCUPATION : soldat
Voir le profil de l'utilisateur




bad, bad whiskey
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Akmar regarde du coin de l'oeil son nouveau compagnon toujours bien imbibé. Celui semble observer le fond de son verre comme s'il contenait la réponse à la grande question de la vie, de l'univers et du reste. Akmar se sent un instant coupable — voyant le pauvre bougre demander plus d'eau. Pourtant le sentiment disparait bien vite lorsque l'odeur de son vomi remonte vers lui. S'il n'avait pas sommairement nettoyé ses bottines, il était bon pour se racheter une nouvelle paire — et ses finances ne pouvaient clairement pas se le permettre. Il n'est qu'à moitié surpris quand le mec bourré explose le verre de rage — il semble avoir l'alcool colérique de ce qu'il a vu. Il tente rapidement de l'éloigner, le ton monte du côté du barman — son sauveur. Akmar se décide de soutenir comme il peut cette homme plus petit que lui qui semble pourtant peser une tonne. Il pourrait le prendre comme un sac à patate, mais son estomac semble un peu malmené et il ne faudrait pas tenter le diable.

Il sent une main se faufiler sur son derrière — il jure Ahbal tout en sursautant. De ce fait, il laisse tomber le soulard qui tentait de tenir debout en s'appuyant de tout son poids sur ses frêles épaules — ça lui apprendra. Pas qu'il soit laid ou méchant, mais son état bien éméché ne lui rend pas vraiment honneur. Il se demande un instant s'il ne faudrait pas le laisser là, en pleine rue, en train de décuver et peut-être se vomir dessus. Sa culpabilité refait surface et il se décide à l'aider — il s'accroupit après quelques instants

— « Dans tes rêves, t'es tellement bourré que tu saurais même pas ouvrir ton fute » dit-il, tapotant son épaule avant de le hisser debout.

Ils prennent quelques pas tanguant — l'ébriété de l'un et la fatigue de l'autre n'aidant pas leur progression. Akmar se décide de s'arrêter sur un banc non loin, déposant son boulet et s'éloignant légèrement pour éviter une redite du dernier incident — que ce soit le vomi ou les mains baladeuses.

— «  Décuve un peu, et si tu te tiens bien je me fatiguerais pas à t'emmener au post, deal ? » propose-t'il, grattant pensivement sa joue.

FT. ARTEMIS


FOR NAME'S SAKE
I'm dying and I'm trying, but believe me I'm fine. But I'm lying, i'm so very far from fine. And i, i can feel the pull begin, feel my conscience wearing thin, and my skin, it will start to break up and fall apart. i don't wanna fall away Δ twenty one pilots
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mer 10 Aoû - 21:35
avatar
POSTES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

ft. Akmar R. M. Al-Misrî

Bad, Bad whiskey



Sans rien y comprendre, Artemis se sentit chuter s’écrasant mollement au sol tel un pudding au chocolat. Une douleur remonta son bras gauche jusqu’à l’épaule, mais l’alcool endormit rapidement le mal pour n’en faire qu’un mauvais souvenir dans son esprit embrumé. La souffrance reviendrait plus tard quand il aurait décuvé un peu. Ça lui arrivait souvent : se réveiller en aillant mal sans se souvenir des événements passés. Le pourquoi restait flou, mais les blessures étaient bien réelles. Pourtant, ça ne l’empêchait pas de recommencer. Encore et encore.
Tu saurais même pas ouvrir ton fute. C’était un défi ? Car il n’y a pas un pantalon sur cette terre qui lui résiste. Le remonter était néanmoins une autre histoire. Mais, il avait généralement le temps de retrouver un peu la raison avant de remettre son fute une fois enlevé. Le lendemain matin par exemple. Si Artemis lui prouvait qu’il était capable, accepterait-il de passer la nuit ensemble.
L’Amentien le hissa sur ses pieds pour se remettre à avancer. Plus ils marchaient, plus le rebelle s’appuyait sur son compagnon. Évidemment, ils ne purent aller bien loin dans leur état. Le Pois chiche ne pouvait traîner bien longtemps une bête comme Artemis. Il le laissa donc tomber sur un banc pour ensuite prendre ses distances.

« Oui chef »

L’ivrogne fit le salut militaire d’Oranda. Bien se tenir et pas de prison. Parfait. Artemis savait bien se tenir. Fallait garder le dos droit et la tête haute. Voilà. Mais ça tête tombait lentement sur le côté et il peinait à garder les yeux ouverts. Puis il avait chaud. Et froid. Et il était mouillé jusqu’aux os. Et ça le faisait chier. Alors il enleva sa chemise et l’entendit minutieusement sur le banc pour la faire sécher.

« T’mignon dans ton uniforme.» Il ricana à nouveau. « T’as presque l’air sérieux. Mais t’plus sympa qu’les autres. Eux m’auraient coffré. J’les aime pas et toi j’t’aime bien. »

Artemis commença à défaire sa ceinture et essaya une première fois de se lever. Sans succès.

« Faut qu’j’tire une pisse. » grommela-t-il en tentant une deuxième fois.

- Adrenalean 2016 pour Epicode.
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Lun 22 Aoû - 22:36
avatar
POSTES : 92
OÙ ÊTES VOUS ? : amenti
MÉTIER/OCCUPATION : soldat
Voir le profil de l'utilisateur




bad, bad whiskey
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Akmar se passe une main dans les cheveux — soupir fatigué. Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour aller se pieuter — abandoner cet ivrogne et se casser. Ce n'est pas comme ça qu'on l'a élevé. Prend soin de ton prochain, disait dit son père. Vient en aide à ceux qui en ont besoin. Est-ce que soulard tombe vraiment dans la catégorie — ceux dans le besoin ? Aider une vieille dame à travers — il veut bien. Mais tanguer de concert avec cet inconnu mal léché bien trop imbibé, il faudrait voir à ne pas trop pousser. Pourtant — bien trop souvent — Akmar ne fait que soupirer. Ses yeux vert-bleus un peu gris se plissent pour observer les mouvements de sa nouvelle charge. Il se comporte comme n'importe quel mec bourré — inconsistant et inconsidéré. Leur logique semble sans faille dans leur cerveau imbibé d'un mélange alcoolisé. Ce n'est qu'une fois réveillé — après avoir vomi tripe et boyaux, après avoir décuvé en geignant comme un enfant, que les conséquences font surfaces.

Akmar observe du coin de l'oeil le désastre en train de se dérouler. Après un strip-tease improvisé, la chemise humide placée sur le dos du banc, le soulard s'attaque à sa ceinture, grognant en quelques mots son envie de pisser. Il devrait sérieusement être rémunéré pour s'en occuper. Le soldat hésite un instant, sa paume caressant distraitement l'encre tatouée sur sa nuque — réfléchissant.

— « Va pisser par là » dit-il, indiquant un petit bosquet non loin « Tu pourras t'accrocher aux arbres » silence. « T'as pas besoin que je te la tienne quand même ? »

Akmar demande d'un air atterré. Il sort rapidement une clope de sa poche, son zippo en main en moins d'une seconde. Une fois sa cigarette au coin des lèvres, il se permet d'observer l'inconnu — du moins son dos en train de tanguer. Il est plutôt baraqué, le soldat sait qu'il ne pourra pas le maitriser s'il se sent d'une humeur agressive. Akmar note en passant le tatouage qui semble s'enrouler sur son épaule gauche. Dans la lueur frémissante des lampadaires il note l'étrange symbole qui s'étend sur la nuque du soulard — le loup à six maillons.  

— « Tu viens d'Oranda ? » demande-t'il sur un coup de tête, pour meubler le silence oppressant de la nuit.

FT. ARTEMIS

hrp:
 


FOR NAME'S SAKE
I'm dying and I'm trying, but believe me I'm fine. But I'm lying, i'm so very far from fine. And i, i can feel the pull begin, feel my conscience wearing thin, and my skin, it will start to break up and fall apart. i don't wanna fall away Δ twenty one pilots
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mar 23 Aoû - 6:06
avatar
POSTES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

ft. Akmar R. M. Al-Misrî

Bad, Bad whiskey



« J’dis pas non. » dit-il en éclatant de rire.

Même beurré, Artemis gardait ses blagues douteuses. Malheureusement, seule une poignée de personnes appréciait son humour à sa juste valeur. Le soldat face à lui n’était pas une de ces exceptions. Un challenge à relever pour le rebelle qui se jura de le faire rire. Avec bien des efforts, il y arriverait. Parole d’Orandien. Pour ce que ça vaut.
Finalement, l’homme réussit à se remettre sur ses pieds. Un flot de jurons fut prononcé alors qu’il tentait, vaille que vaille, de marcher droit vers le buisson. Cet arbuste n’était aucunement essentiel dans sa vie. Artemis n’avait aucune honte à uriner sur la voie publique. N’était-ce pas un cycle normal chez l’être humain ? Tout le monde pissait. Toutefois, il s’agissait d’un tabou dans la société. Idiot. Toutefois, le soldat lui avait demandé gentiment d’aller uriner dans le bosquet et Artemis ne pouvait pas le lui refuser.
Le rebelle s’apprêta à descendre son fute lorsque la question de l’Amentien l’arrêta. Il toucha le relief de sa nuque. Le loup et chaîne à six maillons. Une marque qu’il ne pourrait jamais couvrir. Une mesure draconienne pour un cas désespéré et désespérant. Artemis ferma les yeux s’obligeant à revivre la douleur et l’odeur de la peau marqué au fer rouge. Marqué comme du bétail pour avoir trop souvent recouvert le tatouage de sa cité.

« Ouais. Oranda la libre. »

Même dans son état, il n’avait pu cacher son amertume face à sa ville d’origine. Artemis secoua la tête pour chasser ces sombres pensées. Il baissa son pantalon et vida sa vessie non sans pousser un soupire de soulagement.

« Ça fait du bien. » s’exclama-t-il en se retournant, le sourire à nouveau sur les lèvres.

L’homme passa une main sur son visage pour en chasser le sommeil et s’en revint, toujours titubant, vers son compagnon. Artemis attrapa la cigarette qu’il avait dans la bouche pour la glisser dans les siennes et tirer un bon coup. Il garda un instant la fumer dans ses poumons avant de la souffler au dessus de leurs têtes.

« D’moi. Vrai qu’vous êtes plus heureux ? Parc’qu’à te voir, on croirait pas. »

Artemis lui remit sa cigarette à la bouche et lui toucha le nez avant de se distancer pour retourner sur son banc. Bizarrement, son poignet lui faisait un mal de chien et décida, sans trop réfléchir, de l’enrouler dans sa chemise humide.

- Adrenalean 2016 pour Epicode.
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Mer 24 Aoû - 18:58
avatar
POSTES : 92
OÙ ÊTES VOUS ? : amenti
MÉTIER/OCCUPATION : soldat
Voir le profil de l'utilisateur




bad, bad whiskey
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Akmar est vraiment pas gâté — entre les blagues douteuses du mec bourré et sa propre envie de somnoler. Il n'a pas vraiment bu pour justifier cette envie de se pieuter, juste une journée chargée et une paire de nuits passées à tout faire sauf se reposer — danser seul dans son appartement sur le son d'un passé révolu. Lire quelques romans tentant de faire passer le temps, oubliant un instant — son insomnie. Il sait que les cernes violets marquent ses yeux naturellement globuleux — il semble monstrueux à la lueur blafarde des lampadaires. Enfin il s'en sort toujours mieux que son inconnu qui semble galèrer. Il arrive à se débrouiller, tenant debout par miracle, tanguant comme un navire balloté par les flots. Oranda la libre, son ton amer est clair — comme un cristal de roche. Akmar acquiesce — infirme, affirme d'un soupir moqueur, rire avorté. Peut-être a t'-il trouvé un compagnon aussi cynique que ses pensées — celles qu'il n'ose pas exposer une fois le soleil levé. Celles qu'il marmonne tout bas, ses yeux graves, son visage fermé, un sourire amer au bord des lèvres.

Celles-ci perdent leur cylindre de nicotine, ce mec bourré est plus véloce qu'on ne pourrait penser. Le voilà victime du vol de sa cigarette — le temps d'une bouffée seulement. Elle retrouve sa place entre ses lippes entre-ouvertes — étonnées. Il est pourtant habituer à partager — ses affaires, ses idées, ses clopes, après tout la famille est sacrée. Mais il est plus méfiant, prudent, en présence d'étranger. Doublement étranger — inconnu et extérieur à la cité. Akmar se demande une nouvelle fois ce qu'il fait là, prenant une nouvelle bouffée de fumée.

— « Ha, ouais. Amenti est plus heureuse, ils aiment se venter qu'il fait bon vivre ici, au milieu de la cité. »

Ils. Pas on, pas nous. Ils, ces gens qui se contentent de profiter — goûter à cette vie sans jamais rien donner. Ces riches qui prélassent dans des villas aérées, ces politiques qui se contentent de décider sans jamais s'impliquer. Après tout ils sont dans une démocratie — ils ont tous voté pour élire le dirigeant. Oubliant tous l'avis de tous ces gens, ceux qui vivent vraiment, ceux qui souffrent de ce soleil ardent dans leurs maison branlantes. Ceux qui vivent dans à Shantytown, ceux qu'on oublie quand il s'agit de prendre des décisions. Ils aiment faire l'autruche en haut, ils aiment oublier ces dizaines de milliers qui vivent dans moins de 12 m². Akmar est bien conscient de ça, c'est pour ça qu'il aide à sa façon. Il aide ces gamins, ces femmes, ces personnes âgées, tous ces gens défavorisés que l'on préfère oublier. Il les aide au quotidien — il ferme les yeux quand il voit cette jeune fille voler quelques oranges, parce que qui sait, ce sera peut-être son seul repas de la journée.

— « On est ivre de bonheur ici. » conclut-il, amer.

Il offre sa cigarette à cet inconnu imbibé qui le comprend peut-être mieux que ses collègues qui aiment se venter qu'ils ont arrêtés un gamin de 8 ans en train de chaparder. Assholes.

FT. ARTEMIS


FOR NAME'S SAKE
I'm dying and I'm trying, but believe me I'm fine. But I'm lying, i'm so very far from fine. And i, i can feel the pull begin, feel my conscience wearing thin, and my skin, it will start to break up and fall apart. i don't wanna fall away Δ twenty one pilots
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Dim 28 Aoû - 6:41
avatar
POSTES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

ft. Akmar R. M. Al-Misrî

Bad, Bad whiskey



« J’aime mieux être ivre d’alcool. »

S’il avait eu un verre à la main, il aurait trinqué. Car où allait-on avec un bonheur factice ? À Amenti comme ailleurs, ils sont les seuls à pouvoir s’offrir le bonheur. Ceux qui n’ont pas à se soucier du lendemain, assurés par leur statut d’avoir un toit pour les loger et un repas pour les nourrir. Le peuple lui avait faim. Qu’on soit à Amenti, Oranda ou Zirnitra, on combattait les mêmes maux. Voilà la raison pourquoi Artemis se battait. Pour que ce ne soit plus eux uniquement qui raflait tout. Pour que eux devienne nous, l’ensemble de la population.
Même bourré, le rebelle constata cette flamme contestataire chez son compagnon. Cette expression amère qui cache d’arrière pensée qu’on n’osait pas dire à haute voix. Une rancœur envers la société qui attristait et enrageait, tout à la fois, l’Orandien.
Artemis récupéra la cigarette qu’il lui tendait le soldat. Il tira une nouvelle bouffée qu’il souffla au dessus de sa tête. Le ciel ici était différent de celui de sa ville natale, mais il se battrait tout autant pour Amenti que pour Oranda.  

« Ç’va changer. » grommela-t-il entre ses dents. « Ils vont payer, j’te promets. »

Promesse qu’il se répétait chaque jour.
Le rebelle tapa sur ses cuisses et retrouva son sourire. Ce n’était certainement pas cette nuit qu’il commencerait sa révolution. Il se redressa, tanguant, pour venir s’accrocher à son cadet. Il avait retrouvé sa bonne humeur d’ivrogne et il comptait bien profiter du reste de la nuit.

« J’pense que j’t’ai prouvé que j’suis capable d’bien m’tenir. Donc, t’pas obligé de m’emmener au poste. Maaaais… j’suis un peu baisé parce que mon sac est resté au bar. J’te promets que j’prendrai pas d’place chez toi. »

Artemis lui ébouriffa les cheveux comme s’il s’agissait d’un gamin. Plus grand que lui, certes, mais un gamin pareil. Encore dans la fleur de l’âge. Un mec bien aussi.

« T’vas pas abandonner un pauvre ivrogne dans la rue. Et j’te jure que j’te toucherai pas. »  

- Adrenalean 2016 pour Epicode.
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar Jeu 1 Sep - 12:19
avatar
POSTES : 92
OÙ ÊTES VOUS ? : amenti
MÉTIER/OCCUPATION : soldat
Voir le profil de l'utilisateur




bad, bad whiskey
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Akmar serait presque amusé par ce mec bourré qui essaye de le rassurer — ou qui sait ce qu'il se passe dans ce cerveau imbibé. Un fin sourire éclôt sur ses lèvres sèches alors qu'il observe l'état de son compagnon. Il est plutôt amusant, une fois l'alcool violent et les commentaires grivois dépassés. Pas vraiment le type de personnes avec qui il aime trainer — mais il semble coincé avec lui pour un temps indéterminé. Il semble aussi avoir un peu décuver, ses propos se faisant presque cohérent et ses mots moins mâchés, mais il ne faut pas trop en demander. Une fois l'instant passé — une fois que le soulard s'est relevé, un fait presque impressionnant. Celui-ci se met à déblatérer comme quoi il prendra pas de place chez lui, parce que en gros, d'après ce qu'il a compris, il a pas d'endroit pour crécher ni d'argent pour payer. C'est bien sa veine — Akmar se prend à soupirer. Ça ne l'étonne pas plus que ça, il vient d'Oranda, ce serait étonnant qu'il ait un appartement. Et même si c'était le cas, les éventuelles clés sont bien évidemment dans le sac abandonné plus tôt dans la soirée.

L'ivrogne plaide sa cause, conscient de son propre état et Akmar n'a pas le coeur à l'abandonner. Il est sûrement trop gentil, et un peu trop optimiste. Qui dit qu'une fois réveillé, ce type — cet inconnu notoire ne va pas le cambrioler, se casser avec les quelques biens qui valent quelque chose. En soi, pas grand chose. Et puis les nuits se refroidissent en ce moment à Amenti — et sa chemise est trempée et— et — et. Akmar ne peut pas le laisser. Le soldat se résigne à son sort, un lourd soupire passant la barrière de ses lèvres.

— « Allez vient. J'ai une place sur mon canapé. » dit-il, résigné.

Il bat au loin la main du soulard toujours placée dans ses cheveux. Il n'aime vraiment pas lorsque des inconnus se permettent de le toucher — mais il se sent d'humeur magnanime ce soir. Ou bien il est trop fatiguer pour s'énerver. Un nouveau soupire se fait entendre et il se décide à aider son compagnon d'une soirée à avancer.

— « J'habite pas loin, à peine 10 minutes à pied. »

Vu leur rythme il faudra plutôt compter une quinzaine de minutes mais il y arriveront. Peut-être. Sûrement. Akmar fini sa cigarette rapidement, l'écrasant négligemment.

— « Et pas de mains baladeuses hein. Vraiment. Sinon tu dormiras sur le palier. »

Menace lancée au vent — il ne voudrait pas qu'Hélène, sa voisine de quatre-vingt ans, fasse une crise cardiaque demain matin en voyant un inconnu dormant — ou inconscient, devant son paillasson.
FT. ARTEMIS


FOR NAME'S SAKE
I'm dying and I'm trying, but believe me I'm fine. But I'm lying, i'm so very far from fine. And i, i can feel the pull begin, feel my conscience wearing thin, and my skin, it will start to break up and fall apart. i don't wanna fall away Δ twenty one pilots
MessageSujet: Re: Bad, Bad Whiskey // Akmar
Bad, Bad Whiskey // Akmar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» WHISKEY - vous allez adorer la gnutgnuter
» Eireann N. Callaghan
» the angels sang a whiskey lullaby, 11/04 à 23h17 + (silas)
» carl&nox ϟ whiskey lullaby
» Chez Akmar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE RÈGNE DE LA TRINITÉ :: CITÉ D'AMENTI :: CENTRE VILLE :: PLEASURE'S BOULEVARD-
Sauter vers: